Institut Canadien de la Sante Animale

Santé des Animaux destinés à l’alimentation

Qu’est-ce qu’un produit de santé animale?


Aperçu de la réglementation

Les médicaments vétérinaires sont strictement réglementés

Les produits de santé animale traitent et préviennent les maladies, atténuent la douleur et améliorent la capacité des animaux de convertir la nourriture en masse musculaire. Des animaux en bonne santé contribuent à une production alimentaire saine et complète.

Pour être autorisés à la vente, les médicaments vétérinaires doivent respecter les exigences strictes du gouvernement fédéral. Les experts employés par le gouvernement agissent comme des vérificateurs scientifiques. Ils analysent les masses de données transmises par les fabricants de produits et s’assurent que chaque produit :

  • atteint l’objectif indiqué sur l’étiquette (il est efficace);
  • est conforme à ce que dit le fabricant;
  • est sans danger pour l’animal et la personne qui l’administre. Les scientifiques du gouvernement s’assurent aussi que des mesures sont en place afin que la viande, le lait ou les œufs produits par un animal traité ne contiennent pas de résidus nocifs. Ils veillent aussi à un autre aspect très important, celui de l’innocuité du produit pour l’environnement.

Ce n’est pas une tâche aisée. La mise en marché d’un médicament pour un animal requiert parfois jusqu’à 7 a 10 années de travaux de recherche et un investissement de 100 millions de dollars.

Sécurité des produits

Les fabricants de produits de santé animale comptent sur les scientifiques du gouvernement pour examiner leurs données et confirmer l’innocuité d’un produit. Celui-ci ne sera autorisé à la vente que si les équipes de scientifiques de Santé Canada ou de l’Agence canadienne de santé des aliments sont satisfaites de l'information présentée par un fabriquant pour démontrer l’innocuité d’un produit. Les évaluations de l’innocuité avant la mise en marché continuent après l’approbation du produit. Les fabricants emploient des vétérinaires chargés de la pharmacovigilance, qui est un dialogue continuel entre les propriétaires d’animaux, les vétérinaires, l’industrie pharmaceutique et les organismes gouvernementaux de réglementation afin de surveiller si le produit a un effet imprévu.

Chaque produit de santé animale répond à des facteurs de sécurité. Par exemple, il doit comporter une limite maximale de résidus ou LMR. Les LMR visent à réduire au minimum tout risque potentiel lié à la consommation d’aliments provenant d’animaux traités avec des médicaments. Les LMR sont les limites légales fixées par les organismes de réglementation pour représenter la concentration maximale de résidus autorisée dans un produit. Un produit dont la concentration de résidus est supérieure à la LMR doit être rejeté. Si le niveau de résidus est inférieur à la LMR, le produit peut être consommé sans risque. On applique un principe de précaution pour établir les LMR, c’est-à-dire qu’une LMR est souvent des milliers de fois inférieure à la concentration à laquelle des traces de médicament pourraient avoir des conséquences pour la santé humaine.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments effectue des analyses aléatoires de la viande dans les installations de transformation afin de s’assurer que si des aliments provenant d’animaux traités contiennent des résidus, leur concentration est inférieure à la LMR. De lourdes amendes peuvent être imposées aux fermiers qui vendent des animaux dont la viande, le lait ou les œufs contiennent des résidus; par conséquent les consommateurs peuvent être assurés que les produits alimentaires qu’ils achètent sont salubres.

Bien-être des animaux

Les produits de santé animale constituent une composante essentielle du bien-être des animaux. Les médicaments pour animaux procurent aux vétérinaires les outils nécessaires pour gérer la douleur et prévenir et traiter les maladies. Les produits de santé animale permettent aussi aux producteurs d’élever de grands groupes d’animaux ce qui accroît l’efficacité de la production et maintient les prix des denrées alimentaires à des niveaux bas.

L’industrie évolue vers des méthodes et des laboratoires de recherche de niveau régional (ou parfois mondial) pour mettre au point les nouveaux médicaments de santé animale. On utilise donc moins d’animaux dans les laboratoires de recherche et de développement, ce qui contribue aussi à améliorer le bien-être animal.